La Zone du Dehors
(Adaptation musicale de l'oeuvre d'Alain Damasio)
Création 2022-2023

Zone Post 3.jpg

Note d'intention

 

Dans cette nouvelle création, le groupe souhaite s’aventurer sur le terrain de l’anticipation en imaginant les futurs possibles de l’humanité : dans son environnement (de la destruction de la nature à la « conquête » de l’espace), dans la société (démocratie, libertés individuelles, terrorisme,… ), dans le progrès technologique (transhumanisme, IA, extension des domaines d’application des réseaux, système techno-sécuritaire... ), dans l’économie (évolution du capitalisme, autogestion, nouvelles ressources dans l’espace, privatisation...).

 

Kafka a sollicité l'écrivain et philosophe Alain Damasio pour adapter son premier roman, « La Zone du Dehors ». Ce roman futuriste, qui se situe dans la lignée de « 1984 » de George Orwell, est le théâtre parfait pour notre création. Tous les sujets qui nous préoccupent y sont abordés et l'auteur est ouvert à une adaptation qui prenne en compte les évolutions récentes.

 

La mise en scène est axée sur plusieurs procédés visuels. L’idée est de décliner les différents moments clefs de l’histoire en une suite de tableaux vidéos projetés dont la création sera réalisée par le plasticien et dessinateur Benjamin Flao.

 

La lumière et la vidéo font l’objet d’une création originale permettant de mettre sur la route un système autonome où départs vidéo et effets lumineux incrustés dans la composition musicale sont déclenchés par les musiciens. Le concepteur-programmeur François Blondel a été sollicité pour cette partie, dont le procédé est encore assez rare dans le spectacle vivant.

 

La création musicale a été conçu dans une esthétique électronique, ce qui permet à Kafka d'explorer une nouvelle direction sonore. Les musiciens utilisent des synthétiseurs de différentes générations (du cv-gate au midi en allant jusqu’au numérique), des systèmes de capteurs, des sampleurs et pads.

En outre, les instruments sont les outils déclencheurs de la création lumière et vidéo, l'essentiel de la régie technique se situe au plateau. Le système de diffusion sonore inclue une multidiffusion (plateau, façade, salle).

 

Ce concept de spectacle constitue une évolution pour Kafka, ce qui est une composante essentielle du fonctionnement artistique du groupe. Le deuxième élan artistique majeur de ce projet est la volonté de réagir par rapport au contexte sociétal né de la crise sanitaire.

Distribution

Musique par Kafka : Rémi Aurine-Belloc, Rémi Faraut, Guillaume Mazard, Emmanuel Siachoua

Dessins : Florian Louviot

Dispositif vidéo et lumière : François Blondel

Son et adaptation du texte : Théophane Berthuit

Voix enregistrées : Aline Deforge, Manon Guérin, Fabrice Roumier, Jérôme Fabre, Arnaud Plaveret, Théophane Bertuit, Marco Candore

Coproduction

Kafka Corp et Studio Polyphone 

En partenariat avec la Lampisterie, la Bascule et VIDEOFORMES.

Diffusion

- 18 Novembre 2022 à 20 h (Avant première) : Le lieu dit (ex Petit Vélo),  Clermont-Ferrand (63)

- 03 Février 2023 (Première) : La Bascule, Tauves (63)

- 13 Mars 2023 : CROUS (salle Louis lumière), Clermont-Ferrand (63)

Accueils en résidence

Studio Polyphone,  la Lampisterie, , La Bascule (Tauves) , VIDEOFORMES, Centre culturel La source (Volvic), La Cour des trois coquins - scène vivante, CROUS Clermont-Ferrand, Le Lieu dit (ex Petit vélo)

Avec le soutiens de :

Avec le soutiens de : Ville de Clermont-ferrand, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, La région Auvergne-Rhône-Alpes, Conseil départemental du Puy de Dôme, Vidéoformes, Dôme Sancy Artenses

Installation "LES CLAMEURS"

« Les Clameurs » expérimentation d’occupation d’un espace par des attentats poétiques sonores et visuels, en médiation avec la population d’un quartier

En marge de son projet de création 2022-2023, l’adaptation musicale et visuelle de l’œuvre d’Alain Damasio « La Zone du Dehors », Kafka veut expérimenter un concept d’occupation de l’espace en lien avec la population. Dans le roman, on suit l’évolution de la Volte, un groupe d’activistes qui cherche à réveiller un peuple rendu trop docile par une pseudo-démocratie.

Le but de cette session d’expérimentation est de créer dans un espace dédié et dans son environnement immédiat un univers sonore et visuel dans lequel s’immerger complètement. En approchant de cette zone, on est soumis à des clameurs, ces attentats sonores qui existent dans le roman d’Alain Damasio sous forme de salves poétiques, haïkus, slogans politiques… qui cherchent à provoquer une réaction chez l’auditeur : prendre conscience de la beauté d’une chose, de l’absurdité d’une autre, de la possibilité d’un choix ou du cloisonnement des pensées. A l’intérieur de la zone, on évolue au sein d’une installation où les clameurs sont visuelles (textes, photos et vidéos projetées) autant que sonores et où une performance musicale et vidéo s’opère.